Cobie

Bio :

tiens mais au fait…
c’est qui cobie ?
presque nul ne le sache.

Cobie colle des trucs (et des bidules) idiots dans les rues depuis 2001, à Grenoble, Paris, Lille, Marseille, Barcelone, Jausiers (et même Bayonne, tiens). Peu fier de sa production, il préfère signer du nom de son chien, ce qui lui permet de garder la tête haute quand il croise sa boulangère ou qu’il demande son chemin à un gardien de paix.

En marge de ses collages de trucs (et de bidules) idiots dans les rues, Cobie se consacre corps et âme à l’art méconnu de la taxidermie qui permet de donner une illusion de vie à des trucs morts en leur remplaçant les yeux par des billes de céramique peintes et des intestins par de la litière à poney. La légende rapport qu’à force de travail, il aurait un jour réussi à donner un petit air espiègle à 250 grammes de viande hachée.

Côté politique, il entreprend, dès janvier 1990, de faire plier le gouvernement d’Afrique du Sud en plaidant pour une libération immédiate de Nelson Mandela et la fin de l’Apartheid.

En 1996, après avoir consacré ses vacances de Pâques à faire quelques recherches, il expose l’idée révolutionnaire de trithérapie pour combattre les effets du SIDA et sauve ainsi plusieurs millions de vies.

En 2004 il s’associe à Flipper le Dauphin dans sa lutte pour le réchauffement climatique et affiche ainsi sa solidarité avec tous les frileux de la planète.

Durant une courte période de vacances entre sa découverte du vaccin contre la moustache et ses recherches sur la résolution de l’équation de Zoran, Cobie décide de sauver le monde (et les bébés phoques) en collant encore plus de trucs (et de bidules) idiots dans les rues.

Que son nom soit éternellement loué pour cela.

Artworks :

Expos :

Tout sur la vie et ses terribles conséquences | Cobie (report)Centre d'art Spacejunk, 35 rue Sainte Catherine, 64100 Bayonne21/01/2021 - 20/03/2021

News :