JUNGLE BOOGIE I JONATHAN OUISSE

23/11/2018 - 12/01/2019

Infos :

Que l’on soit spécialiste ou amateur en la matière, la peinture de Jonathan Ouisse ne vous laissera pas indifférent. Elle peut être dérangeante par son univers dans lequel gravitent les protagonistes et les animaux. Ses toiles sont souvent grotesques, inspirées par la politique, les médias, les bouleversements environnementaux, le monde de l’enfance.

Jonathan Ouisse est influencé par le geste pictural de la Rennaissance Italienne, le claroscuro, le style est précis et les lumières sont dramatiques. Mais aussi, en opposition, il est fermement ancré dans le mouvement Hip-Hop des années 90.

À la manière des réalisateurs Emir Kusturica, Federico Fellini ou encore des Monty Python, Jonathan Ouisse utilise le burlesque tiré à son paroxysme comme procédé subversif ironisant un propos (souvent) dramatique. Il malmène le genre humain en le ridiculisant et le mettant face à sa propre condition. À défaut d’être dans une narration s’étalant sur un espace-temps bien défini, la peinture ici est en arrêt sur image où s’enchevêtrent les informations.

Une satire politique et médiatique

Vivant une partie de l’année en Hongrie, pays subissant la montée d’un nationalisme affirmé depuis quelques années en parfaite correspondance avec les tendances politiques internationales actuelles, protectionnisme, xénophobie, etc… Jonathan observe et s’inspire de son milieu de vie. La copie conforme du “modèle” Nord Américain est saisissante tant par le culte de la personnalité de ses dirigeants, mais aussi la course à la consommation effréné. Tout cela renforcés par des programmes télévisuels et des publicités abrutissants et vous obtiendrez une parfaite synthèse de la société actuelle immortalisée en une image surréaliste.

Le monde de l’enfance

Il invente et joue en permanence avec l’imaginaire enfantin. Il réinterprète à l’infini l’innocence de l’enfant et la conscience du monde qu’il l’entour. Père de 2 enfants, Jonathan s’amuse de cette imagination débridée, les représentent dans leurs jeux, acteurs et spectateurs servant le tableau final.

La représentation animale

Bien qu’il soit toujours en retrait ou dans un état de soumission, l’animal joue un rôle prépondérant, quasi omniprésent dans son travail. Ce dernier subit la bêtise humaine, il assiste à cette vaste comédie qu’est la vie.

Une conscience écologique

Les scènes se déroulent souvent dans des friches industrielles ou dans de vastes espaces extérieurs où l’environnement est systématiquement perturbé. Il insiste sur des atmosphères pesantes, irrespirable. Une tension est palpable, quelque chose vient de se passer, on pourrait croire à une fin du monde ou peut-être sommes-nous déjà dans un “après”. En effet, la végétation peine à exister, les rideaux des commerces sont fermés, les lieux de culte vidés, les carcasses de voitures deviennent des terrain de jeux. Tout est là pour nous rappeler à notre sort : la planète nous survivra et que nous sommes bien peu de chose en comparaison.

Artworks :

Artistes :