was successfully added to your cart.

Hello my name is… Da Coffee Time

By 20 décembre 2017Bayonne

 Hello my name is… est une série d’articles dédiée aux adhérents du centre d’art Spacejunk de Bayonne. Dans le cadre des 10 ans de l’association il nous a parût opportun de faire un petit focus sur l’univers des membres qui soutiennent la structure. Depuis 10 ans, ils ont tous contribué de près ou de loin à l’évolution de la vie associative. Car il n’y a pas seulement des expos à Spacejunk, il y a aussi des ateliers, des visites guidées et surtout des personnes qui font vivre un projet culturel. Sans eux nous ne serions sans doute pas là, qui sait ?  Dans ce premier épisode, nous partons à la rencontre de David Lanaspa aka Da Coffee Time

Hello David.
Tu peux nous parler un peu de toi ?

 

Je viens de Paris et je suis graphiste-illustrateur autodidacte, j’ai débuté à la fin des années 90. Après avoir longtemps été directeur artistique d’une des marques pionnières dans le street-wear Français (TRIIAD), j’ai co-fondé en 2004 la marque CELL DIVISION.

Et puis j’ai décidé de changer complètement de vie, alors je suis venu m’installer à Bayonne. Depuis, j’ai réalisé pas mal de collabs, des illustrations pour des magasines, des marques, …

Mon nom d’artiste, Da Coffee Time est venu assez simplement, j’aimais boire des cafés en terrasse et faire des croquis façon “tranche de vie” comme on dit. La rue, les passants, mes voisins de café, ou juste la façade de l’immeuble d’en face. Dans leur plus simple appareil, je livre des instants pris sur le vif, juste avant les filtres Instagram et autres Snapchat.

Très influencé par les scènes urbaines et l’ambiance qui s’en dégage j’ai baigné dans ce qu’on appelle la «skate culture» depuis toujours. J’aime ce mélange de musique, de graphisme et de rencontres avec des personnes qui partagent la même passion. J’ai aussi réalisé des illustrations pour le magazine de skate SOMA. J’aime particulièrement faire des croquis pris sur le vif lors de mes voyages ou de mes moments libres. Il y a dans mon dessin une inspiration urbaine et le plaisir de laisser parler les gens.

La Pop culture m’inspire beaucoup également, les séries, les films cultes français et étrangers.
Et puis les femmes biensûr , il y a dans leur beauté des aspects intéressants à capturer. Elles sont parfois fragiles, désinvoltes, un peu frivoles voire carrément provocantes. Elles sont toutes différentes mais elles ont toutes en commun cette énergie féminine fascinante.

Comment as-tu connu Spacejunk ?

Quand j’ai déménagé sur la Côte Basque j’ai retrouvé des amis de la région qui m’ont parlé de l’association. Nous nous sommes rendus à un vernissage et j’ai adoré l’endroit. J’ai alors sympathisé avec d’autres membres et comme je venais souvent on m’a proposé de devenir adhérent. En payant 15€ par an on peut participer à des ateliers créatifs en bénéficiant de réductions, et puis évidement soutenir une structure associative qui porte un projet intéressant. En tant qu’artiste, j’ai besoin de nourrir ma créativité. Ce processus demande de la matière et même si on en trouve pas mal sur internet on a également besoin d’aller voir des expos entre autres et il n’y a clairement pas autant d’options ici que dans les grandes villes.

Pour quelle raison es-tu devenu membre Spacejunk ?

Je pense que la première chose importante c’est de soutenir un projet qui a du sens, de se joindre à une action culturelle.

En tant qu’artiste, c’est pas toujours évident de trouver des lieux qui nous mettent en avant. Spacejunk agit aussi en local en tant que tremplin pour les artistes du coin, je pense que c’est le moins qu’on puisse faire en retour. De plus, Spacejunk est le seul réseau qui met en valeur le mouvement Lowbrow en France.

Et puis 15€ à l’année c’est juste un peu plus de 1€ par mois donc c’est plus une somme symbolique qu’autre chose en fait. La plupart des évènements organisés par Spacejunk sont gratuits mais une asso survit aussi grâce à ses adhérents donc c’est important de la soutenir.

Tu es membre de l’association depuis combien de temps ?

Je suis membre depuis quelques années déjà, 4 ou 5 ans je crois.

Tu participes à quels events ?

J’aime participer aux vernissages, c’est toujours l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes. Un artiste travaille de longues heures dans son atelier, il faut savoir en sortir afin  d’étendre son réseau de connaissances. Chaque exposition permet de découvrir de nouveaux univers artistiques.

La vie associative au sein de Spacejunk c’est comment  ?

En tant que membre on peut devenir acteur de l’association. Avec une bande de potes on se réunissait tous les jeudi pour dessiner ensemble et on s’est dit que ce serait chouette d’en faire profiter plus de monde. Alors on a proposé d’adapter la formule à Spacejunk car l’endroit s’y prêtait bien. On a fait un test et ça a bien fonctionné. On a commencé en 2014, du coup maintenant ça fait 3 ans que ça dure !

 

 

L’atelier s’appelle « Art Sessions Confidential » il a lieu tous les 2 mois de façon bimestrielle. D’ailleurs il y en a un ce jeudi 21, pour participer il suffit de suivre ce lien

 

Spacejunk Bayonne fête ses 10 ans cette année, c’est une belle occasion de devenir membre et de soutenir une belle initiative.

Pour adhérer suivez ce lien

Merci d’avoir prit le temps de répondre à nos questions Da Coffee Time, à jeudi pour l’apéro-dessinatoire !

DA COFFEE TIME :

Site internet
Page Facebook
Instagram

Leave a Reply